Médier les œuvres des compositrices

Equipe : Irina Kirchberg, Jérôme Thiébaux

Mars 2021 – Septembre 2022

 

Jérôme Thiébaux s’est confronté à ce sujet il y a quelques temps en proposant des sujets au baccalauréat français pour l’option musique. S’il ne s’agit de médiation en tant que telle, le sujet était celui de choisir des oeuvres de compositrices en cherchant à problématiser des thématiques. La réflexion est initiée par l’article de Viviane Waschbüsch, « La Représentation des compositrices contemporaines dans la presse française et allemande » (Compositrices, l’égalité en acte – CDMC, Paris, 2019) et sa récapitulation des stratégies de dévalorisation des compositrices contemporaines dans la presse (p.199). Par ailleurs, les résultats actuels de la recherche sur les dispositifs numérique de médiation montrent des disparités flagrantes dans le traitement réservé aux femmes (compositrices, interprètes, musicologues ) dans les dispositifs numériques de médiation de la musique (Kirchberg, 2021)

Au regard de cette expérience et de ces conclusions, la question se pose ainsi : comment élaborer un discours valorisant sur les compositrices, et finalement fabriquer des outils de médiation afin de permettre de médier sans dé-médier ? Des groupes d’intérêts se proposent d’ores et déja de donner une place pleine et entière aux compositrices et à leurs œuvres dans les dispositifs de médiation afin de les rendre inclusifs ( Demander à Clara, DONNE – Women in music, MUGI – Musik und Gender im internet, Women’s Philharmonic Advocacy | Leveling the « playing field » for women composers). Dans cette recherche, après avoir complété la recension de ces plateformes en ligne l’équipe se propose d’analyser quels sont les critères qui viennent justifier le choix d’une œuvre : la compositrice, le sujet, des éléments historiques, techniques… Il s’agira également de réaliser une analyse des discours produits sur ces œuvres et les représentations que ces discours véhiculent. A terme, ce projet devrait permettre de créer un dispositif de médiation de la musique inclusif.

Nouveaux développements du projet

2022

Frise inclusive – médiation de la musique

Cette frise inclusive contient 100 portraits de compositrices et compositeurs (50 femmes, 50 hommes) du 9è siècle à nos jours. Pour chaque portrait, la date de naissance de décès, les lieux de vie, une phrase de description de l’activité et une oeuvre sont donnés. Un QR code est inclus dans le poster permettant une extension numérique. La frise chronologique qui sous-tend la présentation des portraits comporte des dates relatives à l’histoire générale européenne et des dates plus spécifiquement liées à l’histoire de la musique. Les affiches sont destinées à des élèves et enseignant.es en musique de conservatoire, facultés et du système scolaire.

La valorisation et le rayonnement de cette Frise inclusive se trouvent en des fiches de médiation thématique à destination des médiateur.ices et enseignante.es qui intégreront les informations sur ces compositrices et compositeurs. Le principe étant, en partant du contenu de cette frise inclusive, d’imaginer des scénarios de médiation d’une heure incluant les oeuvres de compositrices autour de thématiques transversales, des activités en autonomie pour différents publics.

Browse the Projets archive. Bookmark the permalink.